Recommandations

Le Groupe de travail sanitaire De Rouen Respire vous recommande les mesures suivantes :


Examens biologiques

Vous vous demandez peut-être si vous pouvez faire effectuer des examens biologiques, et lesquels ?
Tout dépend du niveau et de la durée d’exposition de chacun.
– Les toxiques qui se sont répandus dans l’environnement sont de natures diverses et les conditions météorologiques laissent penser que leur répartition sur le territoire est hétérogène : tout le monde n’a pas été et ne sera pas exposé aux mêmes toxiques et de la même manière.
– Chaque toxique est stocké ou éliminé de l’organisme de façon différente. Certains vont disparaître très rapidement de l’organisme (les produits volatiles par exemple), d’autres vont s’accumuler avec le temps et dans des tissus qui ne sont pas toujours accessibles aux analyses (les dioxines par exemple).
– Le nombre de toxiques auxquels nous avons été potentiellement exposés est considérable. Tous ne sont pas connus. Il n’est pas possible techniquement et financièrement de tous les doser.
– Le moment adéquat pour doser ces toxiques dans les milieux biologiques dépend du moment, du niveau, de la durée d’exposition et de la nature de chacun. Ces paramètres sont extrêmement difficiles, voire impossibles à déterminer. Nous savons que pour de nombreux toxiques, il est trop tard, pour d’autres, il est peut-être trop tôt.
Le groupe Santé a donc décidé de n’émettre aucune recommandation générale concernant des dosages spécifiques de toxiques.

Cependant, un suivi médical adapté à la situation de chacun nous semble tout à fait justifié. Nous vous conseillons de consulter votre médecin habituel:

– Si vous ressentez des symptômes particuliers
– Si vous vous sentez très inquiets pour votre santé

Il est difficile de répondre à cette question car :
– L’intoxication, si elle a lieu, peut se faire par différentes voies (en respirant, en mangeant, en buvant) et à différents moments (dans la semaine de l’événement ou en étant confronté à une exposition durable).

Celui-ci pourra vous examiner cliniquement et vous prescrire les examens qui lui paraissent justifiés dans votre situation et en connaissance de vos antécédents médicaux. Un examen biologique de base permettra d’évaluer votre état de santé général, et d’autres examens pourront être demandés en fonction de la situation particulière de chacun. Votre médecin pourra consigner soigneusement ses constatations dans votre dossier médical.
Il peut être intéressant de retrouver des examens de sang antérieurs à l’exposition, afin d’avoir une référence.
N’oubliez pas que les médecins qui vous prennent en charge ont souvent été, eux aussi, très désemparés par le manque d’informations.
Votre médecin connaît votre cas particulier, il est le plus à même de vous conseiller.

Pour ces raisons, l’association Rouen Respire ne répondra pas individuellement aux questions d’ordre médical.

Important : Nous vous conseillons de suivre ces simples mesures de précaution

Nous vous conseillons de prendre toutes les mesures d’hygiène qui semblent raisonnables dans notre situation (à adapter la façon dont chaque lieu a été exposé) :

  • Évitez tout contact direct avec des toxiques visibles (suies, fibrociment)
  • Retirez les chaussures en entrant dans les habitations
  • De façon générale : aérez les intérieurs (si vous êtes dans une zone potentiellement contaminée par l’amiante, et dans l’attente d’informations supplémentaires des autorités, il nous semble plus raisonnable d’aérer quand le temps est humide)
  • Lavez-vous fréquemment les mains à l’eau et au savon (attention : les gels hydroalcooliques n’éliminent pas les substances chimiques)
  • Veillez à ce que les enfants ne portent pas à la bouche des objets exposés en extérieur, ou leurs mains lorsqu’ils sont dehors
  • Surveillez votre santé
  • Ne consommez pas les produits de votre potager si vous êtes dans une zone potentiellement contaminée
  • Informez-vous régulièrement sur la provenance et la qualité de votre alimentation , consommez des produits dans lesquels vous avez confiance.
  • Eau du robinet : d’après nos analyses des documents officiels sur la qualité de l’eau potable, il reste des imprécisions dues au délai de plusieurs jours entre les prélèvements et la publication des résultats, et à certains résultats dont l’interprétation est litigieuse. Dans le doute, si vous souhaitez vous protéger, nous vous conseillons de ne pas consommer trop d’eau du robinet, surtout si l’eau provient des zones situées sous le panache. La provenance de votre eau et les relevés de qualité réguliers sont disponibles sur https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-etenvironnement/eaux/eau.
    De plus, des recherches exceptionnelles de toxiques suite à l’incendie sont faites actuellement à la demande de la préfecture , et publiées sur son site : http://www.seine-maritime.gouv.fr/Actualites/Lubrizol/Analyses/Analyses
    Cette recommandation est amenée à évoluer selon les données plus précises que nous pourrons obtenir.
  • Soyez d’autant plus vigilant si vous êtes une personne vulnérable (femme enceinte, allaitante, enfants, personnes âgées, personnes atteintes de maladie chronique) ou si vous êtes particulièrement exposés (travailleurs du site, riverains)
  • Évitez de pratiquer le sport en extérieur dans les zones proches du site
  • Si vous en avez la possibilité, allez prendre l’air de temps en temps à la mer ou dans la campagne.
  • Ne consommez pas de champignons, de gibier, de poissons provenant des zones contaminées.
  • Pensez que vos animaux de compagnie peuvent aussi porter sur eux des substances polluantes, veillez à prendre les précautions adaptées.

Allaitement maternel :

Les bénéfices de l’allaitement pour la santé de la mère et de l’enfant ne sont plus à démontrer. Reste la situation exceptionnelle qui nous concerne aujourd’hui.
Les données scientifiques actuelles tendent à conclure que l’allaitement, même dans une situation de pollution, reste protecteur contre les maladies respiratoires et les diverses pathologies pouvant résulter d’une surexposition des nourrissons aux polluants respiratoires .
Bien sûr si vous allaitez, il convient d’appliquer encore plus rigoureusement les précautions précédentes, et d’une façon générale de limiter votre exposition « habituelle » (cosmétiques, additifs alimentaires, contenant alimentaires en plastique, consommation de la graisse des viandes, pollution de votre air intérieur par les produits d’entretien, etc…).
Vous pouvez conserver le lait congelé recueilli avant, pendant et après l’incendie, dans un but sanitaire (dosages ciblés), juridique, ou simplement pour pouvoir le donner à votre enfant si les résultats sont rassurants.

À propos de l’amiante :

Si vous avez constaté chez vous ou s’il a été signalé dans l’environnement proche la présence de débris de fibro-ciment, des précautions particulières sont à prendre, afin de limiter la possibilité de particules d’amiante en suspension dans votre environnement quotidien, à l’intérieur comme à l’extérieur du domicile.
Des modalités précises pour l’identification de ces débris, et pour leur ramassage sont consultables ICI.
Si ensuite vous effectuez des travaux de jardinage, passez la tondeuse et taillez les haies immédiatement après de fortes pluies, évitez le débroussailleur et les soufflantes à feuilles.
Si vous ne vous déchaussez pas habituellement chez vous ou si vous avez des animaux familiers qui entrent et sortent sans essuyer leurs pattes, vous pouvez effectuer une petite décontamination préalable :
– sans passer l’aspirateur, lavez vos sols à l’eau avec une serpillière que vous jetterez.
– changez votre sac d’aspirateur.
– retirez vos chaussures avant de rentrer, essuyez les pattes de vos animaux quand ils rentrent.

Important : Ces recommandations seront amenées à évoluer selon les données plus précises que nous pourrons obtenir. Il n’est pas possible à ce jour de déterminer pour quelle durée ces précautions sont pertinentes.
Nous vous tiendrons au courant en fonction de l’évolution des connaissances sur les conséquences de l’incendie.

Référent Sanitaire
Eclairage santé

Composé de professionnels de santé et de citoyens soucieux de connaître les risques liés aux substances inhalés pendant l'incendie

Lui écrire
Print Friendly, PDF & Email

Recommandations sanitaires


Examens biologiques

Vous vous demandez peut-être si vous pouvez faire effectuer des examens biologiques, et lesquels ?
Tout dépend du niveau et de la durée d’exposition de chacun.
– Les toxiques qui se sont répandus dans l’environnement sont de natures diverses et les conditions météorologiques laissent penser que leur répartition sur le territoire est hétérogène : tout le monde n’a pas été et ne sera pas exposé aux mêmes toxiques et de la même manière.
– Chaque toxique est stocké ou éliminé de l’organisme de façon différente. Certains vont disparaître très rapidement de l’organisme (les produits volatiles par exemple), d’autres vont s’accumuler avec le temps et dans des tissus qui ne sont pas toujours accessibles aux analyses (les dioxines par exemple).
– Le nombre de toxiques auxquels nous avons été potentiellement exposés est considérable. Tous ne sont pas connus. Il n’est pas possible techniquement et financièrement de tous les doser.
– Le moment adéquat pour doser ces toxiques dans les milieux biologiques dépend du moment, du niveau, de la durée d’exposition et de la nature de chacun. Ces paramètres sont extrêmement difficiles, voire impossibles à déterminer. Nous savons que pour de nombreux toxiques, il est trop tard, pour d’autres, il est peut-être trop tôt.
Le groupe Santé a donc décidé de n’émettre aucune recommandation générale concernant des dosages spécifiques de toxiques.

Print Friendly, PDF & Email